Les dilemmes des élections

Ou comment dire d’aller se faire foutre à ceux qui veulent vous culpabiliser

Alors que le premier tour des élections se rapproche dangereusement, et que l’on commence à se faire une idée des choix que l’on va faire, des voix grinçantes viennent abattre sur nous leur discours culpabilisants. Notre choix est mauvais, non pas en lui même, mais à cause des sondages, à cause de la menace FN, à cause des marchés financiers (qui, parait-il, s’affolent à l’idée qu’on puisse voter à gauche). Les abstentionnistes seraient des personnes irresponsables, tout comme tout individu qui ne voterait pas pour le candidat le mieux placé dans les sondages : et pourquoi ne donneraient-ils pas les clés de l’Élysée à Le Pen, tant qu’ils y sont ?

Mais derrière ces discours alarmistes, on trouve surtout des argumentaires assez faibles, pour ne pas dire illogiques. Continuer à lire … « Les dilemmes des élections »

Fillon, le roman national et l’école : pour un retour à la propagande nationaliste ?

Il y a ce truc de déroutant, avec les historiens, c’est qu’on dirait qu’ils ne sont jamais contents. Un coup, on minimise l’importance de leur discipline- rappelez-vous du tollé quand on a voulu faire passer le bac d’histoire en première pour les filières scientifiques ; le suivant, on s’y intéresse, et ils vous accusent d’être un dangereux propagandiste. Continuer à lire … « Fillon, le roman national et l’école : pour un retour à la propagande nationaliste ? »