Lu sur jeuxvidéos.com : « perso je suce mes potes pour dépanner, ya rien de gay du tout dans l’acte ». Les chercheurs s’interrogent

On ne va pas se mentir, rire aux éclats en lisant un article scientifique n’est pas courant. Mais comme ça m’est arrivé pas plus tard que cette semaine, je me suis dit qu’il fallait que je partage ma trouvaille.

Plantons déjà le décor : vous connaissiez peut-être le forum jeuxvidéo.com (ou JVC pour les intimes) depuis que les sujets de bac y avaient fuité, en 2011 ? Ou bien vous avez entendu parler de l’agressivité délirante de sa communauté, qui aime se lancer dans des campagnes de harcèlement massifs ? Récemment, la journaliste Nadia Daam en avait fait les frais. Avant ça, de nombreuses militantes féministes avaient attiré l’attention sur la façon dont ils tentaient de les intimider à grand renfort d’insultes, de menaces de mort et de diffusion de leurs infos personnelles. Le forum a été tellement critiqué qu’il a été obligé de revoir sa politique de modération, au grand dam de ses usagers. N’omettons pas non plus l’article apocalyptique de l’Obs qui y voit sa propre vision de l’enfer, aka une pépinière d’islamistes.

En bref, ce forum s’est construit une réputation des moins recommandables.

Mais contre toute attente, c’est aussi un terrain d’enquête pour les chercheurs qui ont le cœur bien accroché.

Parce que voilà, comme le titre l’indique, une chercheuse en sciences du langage a été étudier les discussions du forum de jeuxvidéos.com. Plus précisément, elle s’est intéressée aux conversations dans lesquelles des hommes qui avaient eu une expérience sexuelle avec d’autres hommes demandaient si cela signifiait qu’ils étaient homosexuels. (Voilà, je suis sûre qu’il y en a qui rigolent déjà.)

[CW : sexisme, homophobie]

C’est ainsi qu’on se retrouve à lire un article respectueux de tous les standards académiques, qui précise la définition du mot « trollage », a une sous partie intitulée « La règle d’hétérosexualité : « Tant que vos couilles ne se sont pas touchées, c’est pas gay » », et dans lequel on trouve des citations comme « s’il a les cheveux longs, c’est pas gay » ou « Tant que tu refuses qu’il te mette un bambou dans le cul tout en te forçant à sucer la bite de son père c’est pas gay, rien à craindre ».

question gay2

sucer c'est dépanner2

Mais une fois passés les premiers éclats de rire, il faut bien reconnaître que cet article est passionnant.

Déjà, il explique d’où vient ce flou incongru autour de la définition de l’homosexualité : pour certaines personnes, l’hétérosexualité (ou l’homosexualité) sont des éléments faisant partie de l’essence profonde de l’individu. L’identité sexuelle est considérée comme « immuable, définitive et transcendante », ce qui fait qu’on considère qu’un acte isolé est sans conséquence sur elle. Dans ce contexte, la frontière est d’autant plus floue que le discrédit associé à l’homosexualité coexiste avec une culture de la camaraderie et de liens forts entre les hommes.

Or, les échanges du forum ne dissipent absolument pas ce flou, d’abord parce que les réponses se contredisent, et ensuite parce que l’on ne sait jamais si son interlocuteur est sincère ou en train de troller. Le « trollage » consiste en effet à écrire des messages bêtes, provocateurs ou obscènes pour susciter des réactions : le but peut être de piéger ceux qui prendraient le message pour agent comptant et répondraient sérieusement, ou simplement de faire rire (on n’est plus très loin de l’ironie, dans ce cas-là).

dit no homo2.png

faut pas embrasser2.png

Forcément, au centre de ces conversations, on retrouve le fameux dicton : « tant que les couilles ne touchent pas, c’est pas gay ». J’ai été un peu surprise que certaines personnes le prennent au premier degré, parce que jusque là je croyais que c’était surtout une blague.

On le trouve d’ailleurs complété par une série d’autres conditions : il ne faut pas que les regards se croisent, il ne faut pas s’embrasser, et il faut contenir toute marque d’affection.

L’autrice ne s’attarde pas longtemps sur la signification de ces règles, que je trouve pourtant assez révélatrices : ce qui est proscrit, c’est une trop grande intimité, et que l’acte soit accompagné de marques d’affection. L’amour, c’est pour les pédés, on vous l’a toujours dit ! Alors que le sexe sans sentiments est associé tellement profondément à la virilité qu’il peut devenir le critère distinctif de l’hétérosexualité masculine.

Bien sûr, si certains naïfs semblent prendre cette « règle » pour agent comptant, on peut supposer qu’une grande partie des membres du forum ne sont pas dupes. Elle semble surtout être un des éléments principaux des réponses des trolls, qui la répètent et la parodient jusqu’à l’absurde.Alerte noire2.png

 

Mais Marignier considère que le trollage ne sert pas simplement à rire : il permet aussi d’affirmer son statut d’homme hétérosexuel, et de se distinguer des autres, en faisant partie de « ceux qui savent », qui connaissent la frontière entre homosexualité et hétérosexualité. C’est un moyen implicite de signifier que l’on ne se pose aucune question identitaire, et de se placer du côté de l’hétérosexualité, que ces échanges posent comme norme valorisée.

Après avoir lu cet article, je n’ai pas pu m’empêcher d’aller faire un tour sur le fameux forum, pour voir si ces questionnements étaient aussi répandues que l’article le laissait entendre : laissez-moi vous dire que la réalité a dépassé mes attentes ! Rien que pour cette semaine, on trouve plus d’une dizaine de threads qui cochent point par point tous les aspects de la description que fait Noémie Marignier.

topics gay
Une partie des résultats obtenus avec le mot-clé « gay »

Ceci dit, au milieu des propos ouvertement homophobes et des réponses acerbes qui invitaient tous ceux qui avaient déjà sucé un pote à se manifester, j’ai pu remarquer quelques lueurs d’intelligence assez miraculeuses.

cliché2

En regardant bien, il y a dans ces discussions des gens tout à fait renseignés, qui proposent des réponses bienveillantes ou mettent en garde contre les stéréotypes homophobes. Dans un premier temps, il faut reconnaître que ça rassure. La communauté de JVC – quand même 3 million d’inscrits et 200 000 messages par jour, – n’est pas un monolithe réactionnaire et misogyne soudé par la haine. Il y a de la diversité, des gens de sensibilité différente (après tout, on a y découvert un foyer de soutiens de la France Insoumises aux dernières élections, alors qu’on les croyait tous d’extrême droite), et même des femmes et des homosexuels.

Mais en même temps, cela nous rappelle que JVC n’est pas un repère de marginaux coupés de la société, et qu’il s’inscrit bel et bien dans la culture mainstream. A ce titre, les représentations de l’hétérosexualité qui y sévissent ne sont peut-être pas si exceptionnelles.

Pour conclure, soyons reconnaissant.es envers Noémie Marignier pour son article. Grâce à elle, on s’est payé une bonne tranche de rigolade sur le dos de JVC, ne jouons pas les innocent.es, mais on a aussi pu réfléchir sur les représentations qui entourent l’hétérosexualité. Ceci dit, pour avoir traité sérieusement un des objets les plus éloignés qui soit du monde universitaire, je suis persuadée qu’elle a un excellent sens de l’humour.


Pour aller plus loin :

Le texte intégral de l’article de Noémie Marignier

Une vidéo de Princ(ess)e – LGBT sur l’orientation sexuelle et l’ orientation romantique

Les vidéos d’Absol sur les troll

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s